logo-lettrine-72dpi.gif

Notre posture

Qu’est ce que l’abus ? 

Abus sexuel, psychologique, spirituel, institutionnel, de pouvoir, de confiance, viol, inceste, emprise, maltraitance... Il y a une multitude de situations d’abus. Elles sont toujours complexes et aboutissent au même résultat : la survenue d’un traumatisme, à partir duquel la victime va inévitablement construire sa relation au monde. 

 

Le mot abus vient du latin abusus, composé du préfixe ab qui indique la déviation, et de usus, l’action de se servir, l’usage, l’utilité, l’emploi. 

Dans la situation d’abus, il y un abuseur, et un abusé. L’abuseur prend le pouvoir dans la situation. Ainsi il renie la dignité de la personne en face de lui en l’assignant à la fonction d’objet ou à un moyen d’assouvir ses propres pulsions. L’abuseur balaye la valeur et l’existence intrinsèque de l’abusé. 

L’abus écrase la liberté de celui qui en est victime, qui, dans la situation, n’a plus la liberté de se choisir, de se déterminer comme humain. 

 

Et après ?

La personne victime d’abus, se projette dans le monde à travers les traces laissées par ce traumatisme. Elle intègre des mécanismes d’entrée en relation, et une façon particulière d’être au monde, pour se protéger et en même temps pour pouvoir continuer à exister.

Ces mécanismes, à la fois la protègent d’un monde perçu comme menaçant, et à la fois l’empêchent d’être libre de choisir : il n’y a plus que quelques possibles, et les directions d’action sont restreintes.

logo-lettrine-72dpi.gif

Nous sommes des psychopraticiens professionnels de l’accompagnement. Depuis des années nous recevons des personnes victimes d’abus, nous les accompagnons dans ce travail thérapeutique qui amène à prendre conscience, à reconsidérer, à réaménager, à réouvrir des possibles autour de ce vécu d’abus.

 

Notre propos n’est pas de faire disparaître le traumatisme mais de pouvoir construire autrement avec les traces qu’il a laissé.

Construire autrement implique la conscience et amène à la liberté de choisir pour soi.

Accompagner, pour nous, c’est:

  •  respecter le chemin de chacun et sa singularité.

  •  respecter l’imprévisibilité du développement, du parcours, et du devenir de la personne. 

  •  être curieux de ce que vit la personne et ne pas savoir pour elle.

  •  être avec la personne à l’endroit où elle est sans vouloir qu’elle soit ailleurs.

  •  être attentif aux dynamiques relationnelles dans la relation thérapeutique et dans les groupes de thérapie. 

Notre vision de l'accompagnement thérapeutique

La plupart du temps la personne abusée n’en a pas conscience, et c’est au travers d’évènements particuliers, relationnels, qu’elle prend conscience que quelque chose « ne tourne pas rond », dysfonctionne chez elle.

C’est souvent à l’occasion de ces évènements révélateurs qu’elle entreprend un travail de conscience et de compréhension de l’impact laissé par la situation d’abus.

 

Ce que nous soutenons…

Pour nous il est possible de se reconstruire après une situation d’abus.  

Car nous sommes en perpétuelle croissance, inlassablement en lien avec l’environnement : nous sommes transformés par l’environnement et l’environnement nous transforme d’instant en instant. Les expériences qui émergent de ce contact nous façonnent et en même temps nous offrent des possibilités infinies de vécu. Notre croissance se façonne dans ces phénomènes de co-construction “moi-monde”.

 

Notre conception de l’Homme s’appuie sur le droit et la capacité qu’il a à se déterminer lui-même: le travail de mise en conscience d’instant en instant de ce qui fait notre expérience du monde, nous permet de nous déterminer et de nous choisir un chemin.

Nous soutenons que chaque être humain a une expérience singulière et non aliénable du monde. Ces expériences singulières font la richesse de notre humanité partagée.

A nos yeux, l’existence humaine (comme tout ce qui a rapport au vivant) est un processus qui va vers la croissance, dont nul ne peut en présager le chemin. 

La relation aux autres est un creuset d’expériences, autant de blessures que de réparations, et elle permet d’explorer ainsi autant de possibles et de changements conjoints.